Interview de David Morcrette

Bonjour, ce reportage est fait exceptionnellement dans la cadre de deux supports : celui de Sport Moteur Ca et le Moto Club des Potes.


Copyright © Les Interviews des Potes by Moto Club des Potes

Tout d'abord, qui est David Morcrette

Taz :

Bonjour David, peux-tu te présenter ?

.
D.M :

Un Breton de 46 ans, qui a bourlingué un peu partout dans le monde. Un passionné de voile et de régate, de sport et de moto, de mécanique et d'informatique. Pour la moto, tout a commencé tout gamin dans le garage de mon parrain pour construire un kart, puis plus tard pour bricoler un solex pour la course. Le virus de la moto est ainsi venu par le virus de la mécanique.

Quant à l'informatique, c'est très proche… une autre forme de mécanique et une logique très simple faite de 0 et de 1. Mais pour les études, c'était le marketing et la communication qui m'intéressaient. C'est comme cela que j'ai été vingt ans responsable marketing chez des éditeurs et constructeurs informatiques.

C'est là que j'ai lancé mes premiers sites web. Et puis quelques années plus tard, j'ai voulu mêler mes différentes passions que sont la moto et l'informatique en créant un site web : le Repaire des Motards.com était né.

.  
Taz :

Avant de commencer, comment un jeune brestois ayant étudié à l'institut supérieur de gestion de Paris et parlant japonais, allemand et anglais passe de directeur marketing dans une société américaine d'édition de logiciels pour finir par créer un site internet moto ?

.
D.M :

Cela commence par un besoin personnel. Je cherchais des informations sur le net que je ne trouvais pas. Il faut dire qu'il n'y avait que quelques pages persos à ce moment là. J'accumulais donc des notes puis des dossiers papiers, épars et variés.

Et puis je me suis dit que d'autres devaient chercher les mêmes informations et qu'il pouvait être utile de faire partager ces informations au plus grand nombre. Comme j'ai commencé à programmer à l'âge de 14 ans et que j'avais déjà monté plusieurs sites web au cours des années précédentes, c'était finalement très simple.

Bref, c'est parti comme un hobby pendant mes week-ends en 1998. En 99 pour son lancement, j'avais donc déjà travaillé dessus depuis un an pour sortir un site de quelques centaines de pages. Il a été remarqué alors pour son contenu et son approche différente.

L'idée n'était en effet pas de copier un magazine papier ni de faire de l'actualité, mais plutôt de servir de guide aux gens, en proposant des dossiers, des conseils, des annuaires, des infos techniques, des références, des repères et en leur donnant surtout la possibilité de faire partager leur expérience via des sondages spécifiques pour avoir une base d'avis. Voilà comment tout a commencé.

Même s'il y a eu des actualités dès 2000, les actualités sont arrivées quantitativement bien plus tard, avant de faire partie d'une section majeure du site. Il y a ainsi eu plus de 2500 actualités publiées en 2011. Le site a beaucoup évolué.

L'interview

Copyright © Les Interviews des Potes by Moto Club des Potes

Taz : Quand tu as créé Banditmania en 1999 pour ensuite devenir le Repaire des Motards, c'est le fait que tu roulais en 600 Bandit S ?
.
D.M :

Quand j'ai lancé le site, il s'appelait effectivement, "Banditmania" avec comme slogan et sous-titre "le Repaire des Motards". L'idée était tout simplement de prendre une moto étalon pour offrir un point de repère et de comparaison. Comme à l'époque c'était la Bandit qui se vendait le plus, et que j'affectionnais aussi cette machine, je me suis dit que pour tester les motos, au lieu de faire un comparatif classique entre deux machines de même catégorie, on prendrait comme référence la Bandit.

"Le Repaire des Motards" jouait à la fois sur la notion "Bandit"-"Repaire" et sur la double orthographe de "Repère" pour suggérer la notion d'aide, de guide et de "Repaire" pour offrir un lieu de partage et de rencontre.

Mais les visiteurs avaient du mal avec ce titre, pour eux réducteur, disant qu'ils n'avaient pas de Bandit et que le titre du site ne suggérait pas tout le contenu sans rapport avec la Bandit.

C'est ce jour-là que "Banditmania" est devenu définitivement "lerepairedesmotards.com".

.
Copyright © Les Interviews des Potes by Moto Club des Potes
.
Taz : En Mars 2004 ton site enregistrait 300 000 visiteurs uniques, chiffre à l'époque audité par l'organisme de mesure indépendant Xiti, certifié OJD, et tu avais 15 000 internautes abonnés à la newsletter, ce qui à l'époque était énorme pour un site moto. Te souviens-tu de ce moment ?
.
D.M :

J'avais complètement oublié cette date. J'avais plutôt en tête 2002, c'est-à-dire le moment où le site a atteint le million de visiteurs en cumulé depuis son lancement, à mon grand étonnement. Je ne pensais pas en le lançant que je battrais pratiquement chaque mois un nouveau record de fréquentation.

J'en profite pour remercier toutes les revues moto qui en ont parlé, comme : "Moto Journal", "L'Intégral", "Moto Revue", "Moto Magazine", "Option Moto" … Il y a eu plus de 150 articles dans la presse sur le Repaire des Motards, secteur moto mais aussi hors secteur moto, ce qui a boosté l'effet bouche à oreille de motards.

Car ce qui a vraiment fait connaître le site, c'est la possibilité donnée aux motard(e)s depuis 99 de donner leur avis sur leur moto, leur casque, leurs pneus, leur équipement… façon web 2.0 avant même que l'on en parle. Çà, c'était vraiment novateur. Donc 2004, c'est une date comme une autre.

.
Taz :
Qu'en est-il aujourd'hui ?
.
D.M :

Le site a été en tête plusieurs années de suite, avant de passer en 3e voire 4e position, puis de revenir en tête en nombre de visites. Actuellement, d'après l'organisme indépendant Google DoubleClickAdPlanner, "le Repaire des Motards" est le premier site en terme de visites et le 2e en terme de visiteurs.

Tout se joue désormais dans un podium de tête serré. C'est à qui fera l'inter à l'autre d'un mois à l'autre. Çà donne un challenge sympa, sans rien à gagner que le plaisir. Et puis, j'aime bien ce ratio entre visites et visiteurs ; cela signifie que les visiteurs reviennent au cours d'un même mois et qu'il y a une fidélité au site avec une communauté de motards passionnés.

Mais être premier n'a jamais été mon but ni un but en soi. Le but est avant tout d'être utile et de faire partager la passion. Et pour en revenir aux abonnés à la newsletter, on a passé la barre des 100.000 abonnés en 2011. Les motards sont apparemment au rendez-vous et c'est sympa.
.
Taz :
Fort d'une pareille audience en 2004, tu déclarais que ton site était vierge de toute publicité et espaces payants. Depuis, les choses ont évolué ?
.
D.M :

Effectivement, en 2004 il n'y avait aucune publicité. La pub est arrivée très, très tard. L'idée était de faire un site indépendant, vierge de toute publicité avec uniquement le support de la communauté ou des motards de façon spontanée. Il s'est trouvé que financièrement, ça ne fonctionnait pas. Les coûts ont vite explosé, car il fallait une grosse infrastructure informatique pour supporter tout ça.

Il fallait aussi payer les développeurs, les pigistes, les agences externes, etc.. Or, pour tout le monde, internet c'est gratuit. Il y a bien eu un appel aux dons, mais seuls quelques dizaines de motards ont répondu. L'ensemble des dons n'aurait permis de payer que quelques jours d'hébergement du site.

La publicité est donc arrivée par obligation et d'abord à regret. En effet, je trouvais ça sympa, dans l'esprit, de faire quelque chose de philanthropique qui puisse fonctionner uniquement avec des dons et par les lecteurs.

Mais les réalités du marché ont fait qu'il a fallu ré-atterrir et mettre de la pub comme tout le monde, si possible moins que d'autres, avec moins d'emplacements, tout en faisant quelque chose de qualitatif avec uniquement de la pub moto, et en évitant les pubs Pampers ou Gilette.

.
Taz :
En 1999, tu as connu le succès avec ta "Contribution Motarde", notamment pour les essais. Des motards qui testent leur propre machine a été le fondement fédérateur de ta communauté, comment t'es venu cette idée ?
.
D.M :

L'une des idées du site en 99, c'était d'offrir la possibilité aux gens de donner leur avis sur leur moto en faisant partager leur expérience au quotidien. Je pensais qu'on ne pouvait pas être un média moderne sans avoir à la fois d'un côté une équipe de journalistes pour le rédactionnel et de l'autre côté les motards ; car ce sont eux qui ont l'expérience de leurs 20, 40, 100.000 kilomètres voire plus. Il fallait donc leur donner la parole.

C'était facile, car si on ne parlait pas encore de Web 2.0 en France, aux US et dans l'informatique, c'était déjà un courant existant. Et au lieu de donner cette possibilité via des forums, cela a été fait via des sondages spécifiques, qui étaient ensuite traités et validés à fois au niveau informatique et humain, avec des grilles de lecture, des synthèses, des étoiles par point important.

Le Repaire des Motards a ainsi été le premier site à proposer ça en France, et c'est ça qui a contribué de la façon la plus importante à son succès. Cela a été complété bien plus tard par le lancement des forums, où là, il n'y avait pas besoin de validation pour s'exprimer, mais où par contre 10 modérateurs intervenaient sur les titres des posts ou les discussions pour avoir là aussi un contenu de qualité et utile.

.  
Copyright © Les Interviews des Potes by Moto Club des Potes
.  
Taz : En 2000 te souviens-tu du voyage qu'a organisé le MC des Potes à Banditmania en Angleterre, à Lincoln ?
.  
D.M :

Je me souviens très bien de ce voyage à Banditmania en Angleterre, car il y avait un magasin qui s'appelait comme ça là-bas, et j'avais des contacts avec lui.

J'avais trouvé ça sympa, car cela permettait aux gens de se retrouver spontanément, d'organiser quelque chose et de faire un voyage qui était assez long.

Si mes souvenirs sont bons, c'était en plein hiver*, donc c'était l'aventure, et une aventure gratuite, juste pour le fun. J'ai un bon souvenir de cette période là.

.  
Taz : *(NduTaz) Le Voyage a eu lieu fin Janvier 2000.
.  
Taz : Maintenant que nous sommes dans le vif du sujet, un club "Repaire des Motards" officielle avec des balades et rencontres est pour quand ?
.  
D.M :

Pour ce qui est de la création d'un club officiel, il a existé en fait, tout simplement parce qu'à un moment donné, j'ai voulu que les gens se retrouvent en vrai. Il y a donc eu cette concentration annuelle, qui s'appelait "la Tortue".

Cela a permis de réunir plusieurs années de suite près de 150 personnes, pendant trois jours. Derrière tout ça, il y avait une association qui s'était montée, pour avoir une structure juridique pour l'organisation et les réservations. Les concentrations se sont toujours très bien passées dans une super ambiance.

Mais faire vivre une association nationale avec des gens dispatchés un peu partout en France et à l'étranger, qui n'ont pas obligatoirement le temps nécessaire, est un autre challenge en soi. L'association n'a pas survécu à ce manque de temps.

Donc, maintenant, ça se fait de manière spontanée, partout en France, en semaine, le week-end, ou de manière annuelle avec ce qui s'appelle désormais le "Lièvre", via un bar ou autre, dans une région, et à travers l'agenda ou le forum. Ce n'en est que plus libre et convivial sans contrainte.

.
Taz : Depuis la naissance de ton site, tu as toujours eu une longueur d'avance dans le développement de celui-ci. Ton réseau personnel y-est-il pour beaucoup ?
.  
Copyright © Les Interviews des Potes by Moto Club des Potes
.
D.M :

On ne peut pas vraiment parler de réseau. C'est plutôt le fait d'avoir eu un poste international.

J'étais en déplacement régulier aux US et dans le reste de l'Europe. J'ai pu voir des réalisations fantastiques, entrevoir de nouvelles idées et directions possibles, notamment dans le secteur informatique, en avance par rapport au secteur moto pour tout ce qui est lié à internet.

Après, il suffit d'imaginer une application, de modifier, d'améliorer et de s'entourer des bonnes compétences, souvent trouvées à l'étranger. Le Design du site a ainsi été fait par une hollandaise, les développements des forums par un allemand, etc…

.
Taz :

Parlons de ce qui fâche aussi. Il y a quelques années, certaines critiques "d'esprits chagrins" ont circulé sur la toile envers des personnes qui étaient modérateurs.

Il semblerai qu'ils avaient pour habitude d'insister lourdement à voter pour le Repaire afin qu'il soit toujours en tête des sites motos, et qu'ils avaient la censure facile voir sélective.

Cela à terni l'image de ton site. Qu'en est-il aujourd'hui, as-tu une meilleure maîtrise de ce qui se passe ?

.
D.M :

Quand j'ai lancé les forums, je voulais vraiment quelque chose de très qualitatif. Avant qu'on ne parle de Wikipedia, l'idée était que les forums puissent servir de base de connaissances, et non pas d'un simple bar où les gens puissent tchatcher.

Du coup, il était important de mettre en place une équipe de modérateurs conséquente, à savoir dès le début une dizaine de personnes qui pour certaines intervenaient vraiment toute la journée de façon régulière.

Il y avait même l'équipe de nuit, c'est-à-dire ceux qui intervenaient à partir de 10 heures le soir jusque dans la nuit, pour faire un tri qualitatif, renommer les titres des posts, les déplacer sur le bon sous-forum, supprimer des réponses qui n'étaient pas constructives. C'est vrai qu'à l'époque, tout le monde pouvait dire ailleurs un peu n'importe quoi. La modération a fait grincer quelques dents chez certains membres, d'autant plus que pour cette volonté de qualitatif sur le contenu même des forums, un certain nombre de posts étaient supprimés.

Mais les modérateurs envoyaient systématiquement un mail pour expliquer chaque intervention. Il faut dire qu'à l'époque, il y avait 50 000 posts par mois, et dans ceux-là, il y avait plusieurs milliers de posts qui étaient supprimés, donc forcément, il y a eu quelques petits accrochages.

Sur la partie "Votez pour le Repaire", il y a eu un moment où le site "Weborama" proposait une petite fenêtre où on pouvait voter pour des sites, par catégorie. Par contre, il n'y a jamais eu une quelconque obligation de voter et aucune censure d'aucune sorte faite pour ceux qui ne votaient pas. Je ne vois pas pourquoi quiconque aurait obligé à voter pour un truc qui n'a pas vraiment d'importance. C'était juste pour le fun, pour voir ce que ça donnait.

Par contre, l'équipe de modération a fait un très, très, gros boulot.

Et si les développeurs, rédacteurs et journalistes ont été payés, les modérateurs ont toujours été des bénévoles. J'en profite pour remercier chacun des membres de l'équipe, car ils n'ont pas toujours eu un boulot facile, par exemple quand ils se faisaient insulter pour avoir fait le boulot au mieux de ce qu'on attendait d'eux. Donc un grand merci à eux, parce que si le forum a ce niveau de qualité aujourd'hui avec en plus une bonne ambiance, c'est vraiment grâce à eux.

.  
Copyright © Les Interviews des Potes by Moto Club des Potes
.
Taz : Le Repaire est un site pour des internautes qui partagent leurs expériences sur des produits moto. Peux-tu nous expliquer cette notion de "communauté" qui ressort largement de ton site ?
.
D.M :

Avec le Repaire des Motards, il était important que se mette en place la notion si je puis dire de "Ying" et de "Yang", c'est-à-dire le "Repère" qui va servir de guide avec les journalistes, et le "Repaire" qui va être un lieu de partage et de rencontre pour une communauté ; les deux fournissant une réponse globale.

Par rapport à ça, il y a eu les sondages et avis dès 99, puis les forums, avec une vraie volonté d'avoir un espace de qualité. L'équipe des modérateurs a fait un vrai travail d'éducation pour expliquer aux internautes comment être constructif dans leurs réponses, comment apporter quelque chose, pour que cela puisse servir à tous les futurs internautes ensuite.

Au fur et à mesure du temps d'une part, et d'autre part du fait du vieillissement de la population motarde avec une moyenne de 45 ans aujourd'hui, il y a une forme de maturité qui est désormais complètement naturelle, avec des modérateurs qui ne sont plus que trois aujourd'hui au lieu de dix. Il y a eu il y a 10 ans des périodes où il y avait plusieurs modérations par heure. Aujourd'hui, il est rare qu'il y en ait une tous les quinze jours.

La communauté s'est formée, s'est regroupée autour d'un certains nombre de valeurs. On peut aimer ou ne pas aimer et le dire, à partir du moment où la réponse est justifiée avec des arguments et sans tomber dans l'insulte. C'est cette richesse de confrontation des idées qui fait la richesse des forums aujourd'hui.

Cette richesse a été créée dans le passé grâce au travail des modérateurs qui étaient là pour animer les débats et expliquer ce qui pouvait être utile pour tous. Aujourd'hui, tout le monde le fait de manière naturelle. La communauté, si l'on ne parle que du forum, ne représente aujourd'hui que 10% des visiteurs du site.

D'ailleurs, je rêve d'avoir une communauté plus importante, car un vrai média aujourd'hui, ce n'est pas juste un site d'information, mais c'est un site où les motards peuvent se retrouver pour justement commenter l'information avec leur expérience, et donc avec une communauté importante.

.
Taz : Aujourd'hui, le Repaire des Motards est présent et souvent partenaire sur les salons pro, sur les salons grand public, pourquoi et comment en es-tu arrivé là ?
.
D.M :

Ca s'est fait de manière naturelle. Les rapprochements sont toujours naturels entre les grands acteurs d'un marché et les medias, papiers ou internet. Tous les acteurs ont des besoins complémentaires, afin de communiquer, de partager, de rencontrer….

Cela se faisait avant le Repaire des Motards. Cela se fait depuis des années aussi avec le Repaire des Motards… quelquefois de façon novatrice comme avec le Salon de la Moto 2011 qui a choisi le site pour assurer la réalisation de l'application officielle IPhone du Salon.

.  
Copyright © Les Interviews des Potes by Moto Club des Potes.........Copyright © Les Interviews des Potes by Moto Club des Potes
.
Taz :

Maintenant que l'on a fait le tour, quelle est ta vision du net aujourd'hui et des communautés motardes qui y poussent chaque jour ?

Pour toi, le Net n'a-t-il pas tué les rencontres entre motards en vrai ?

Et demain, quelle est ta vision du Net motard ?

.
D.M :

Cette question revient depuis que le Net moto existe. Effectivement, les gens se sont plus retrouvés de façon virtuelle au début, mais c'est surtout parce qu'ils ne se retrouvaient pas par ailleurs, surtout dans les clubs. Et puis, le passage du virtuel au réel s'est fait naturellement. Cela a alors permis de créer des rencontres de manière locale et spontanée. Cela a aussi eu pour conséquence d'accélérer le mouvement concernant les forums et sites des clubs. Chaque club s'est mis à avoir son forum et son site. Un grand maillage s'est fait sur la toile.

Par rapport à certains modèles de motos, des clubs se sont d'abord créés sur la toile avant de se structurer en vrai. Aujourd'hui, le net et le club physique sont deux choses complémentaires.

Le Repaire des Motards n'a pas pour vocation à accueillir l'ensemble des clubs moto, mais par contre, est un outil pour les clubs pour que ceux-ci puissent annoncer leurs sorties pour toucher plus de personnes. Il y a eu plus de 11 000 événements annoncés sur le site uniquement dans l'agenda, sans parler des forums.

Il y a également un annuaire des clubs. Cela a pu aider ces clubs à se faire connaître, à se développer. Au final, le net a permis de donner un coup de boost aux rencontres en réel entre les motards. Avant, certains étaient isolés, et ne savaient pas forcément où trouver un club près de chez eux. Cela a aidé les motards à se rencontrer, à rouler ensemble et plus si affinités.

C'est le côté magique d'Internet. Ce n'est pas le Net qui va tuer la moto, c'est l'évolution de la société qui fait qu'aujourd'hui, on a une utilisation de la moto qui est différente. Par exemple, sur le Repaire des Motards, il y a de ça 13 ans, il y avait 100% de motards type "purs et durs", le genre à saluer et aider même les 125.

Aujourd'hui, on a de plus en plus de motards qui déclarent vouloir passer au scooter. On n'utilise plus la moto comme un utilitaire pour se rendre au boulot, ou on passe au scooter pour y mettre, le casque, l'ordi et tout le matériel. La moto, finalement, devient encore plus "passion", car on ne la sort plus que le week-end pour faire des grosses rencontres, ou pour se faire plaisir avec.

.
Taz : Avant la "question qui tue", tu connais le Moto Club et ma pomme depuis des années. Quelle image as-tu franchement du club en cette année où il fête ses 30 ans ? Et pourquoi avoir accepté de nous recevoir ?
.  
D.M :

Pour moi, le MCP a l'image d'un moto club ancien, en tout cas l'un des plus anciens que je connaisse depuis 13 ans. Je trouve ça extraordinaire qu'il vive et qu'il puisse fêter ses trente ans, surtout quand on sait le nombre de moto clubs qui naissent puis meurent, tout simplement par manque de vie, par manque de leader, par manque de vie ou pour plein d'autres raisons.

Faire vivre un club, en soi, et sans parler d'argent, c'est comme s'occuper d'une petite entreprise.

Donc le fait d'arriver à le faire vivre, que les gens s'entendent, que ça continue, que l'envie soit toujours là, de pouvoir faire des sorties, de se retrouver, de s'entraider, je trouve que c'est encore la meilleure preuve que la solidarité motarde existe toujours, que les moto clubs ont encore une longue vie possible devant eux, et c'est très bien comme ça !

La question qui tue en Live

Copyright © Les Interviews des Potes by Moto Club des Potes

A écouter

Taz : On y arrive à la question qui tue, et tout le mode y est passé : slip, caleçon, boxer ou string?
.
D.M : (Rires). A part le string que j'évite, c'est boxer ou slip ou éventuellement caleçon, ça dépend de l'humeur et de l'envie, c'est sans tabou !

Copyright © Les Interviews des Potes by Moto Club des Potes

Taz :

Voici quelques images. Qu'est-ce que ça te dit ?

.
Taz : Déjà ces 3 Logos
.

Copyright ©  Repaire des Motards

Copyright © Repaire des Motards
 
Copyright ©  Repaire des Motards

Copyright © Repaire des Motards
 
Copyright ©  Repaire des Motards

Copyright © Repaire des Motards
.
D.M :

Ce sont les trois évolutions du logo du site qui s'expriment de manière de plus en plus claire et au fur et à mesure de leur évolution. Le "R" et le "M" étaient clairement pour "Repaire" et "Motard", le cercle symbolisait la communauté.

Avec le nouveau logo et son évolution, l'idée était plutôt d'avoir la double orthographe symbolisant tant le "Repaire" que le "Repère", avec l'étoile comme guide et point de repère pour les motards, genre étoile du nord stylisée avec un "R" visible par le dessous.

Le cercle symbolisant le repaire et l'aspect communautaire a été conservé. Donc là encore, on a les deux valeurs du Repaire des Motards mis en avant sur le logo.

.
Taz : Le solex, tu connais ?
.
Copyright © DR
.
D.M :

Le Solex, c'était mon premier deux-roues. Je l'avais ramené un peu tout seul et sans prévenir qui que ce soit, en cassant ma tirelire. J'ai débarqué à la maison devant ma mère, avec le Solex, et j'ai vu une grande tête blanche en face !

A l'époque, j'étais à Nantes, et il y avait des courses de Solex boostés. Donc voilà comment je suis rentré dans le monde du deux-roues.

.
Taz : Derrière ton image de garçon sage et de gendre idéal, le solex boosté tu connais aussi ?
.  
Copyright © DR
.
D.M :

Mon parrain était mécano par passion. Il avait un gros garage avec un énorme atelier de mécanique.

Il faisait tout ça par passion, car ce n'était pas du tout son métier. Je me souviens, son kart était toujours en phase de montage ou démontage.

Quand le Solex est arrivé, on a démonté le moteur et on l'a trafiqué, histoire de le booster. J'ai donc roulé comme un délinquant, avec un Solex qui grimpait bien dans les 50 km/h (sans éther).

J'ai continué avec le 103 SP, puis plus tard le Bop, une excellente machine de chez Yamaha, avec les vitesses semi-automatiques.

Pour une machine qui était normalement bridée à 45, j'en ai d'excellents souvenirs, vu qu'elle taquinait le 80 sur le périph quand elle était bien lancée ! Paix à son âme…

.
Taz : J'ai même entendu parler d'un turbo sur un Solex ???
.  
D.M :

Heu, oui, mais je n'en suis pas l'auteur !

A l'époque où j'habitais à Nantes, il y avait des courses de Solex avec des moteurs à turbo, plus ou moins efficaces et plus ou moins dangereux.

Comme quoi c'est possible, il faut tout tenter, tout essayer, ne se mettre aucune barrière !

.
Taz : Après être passé par le 103 Sp, ça te rappelle quoi le Bop de Yamaha ?
.  
Copyright © DR...................................................................Copyright © DR
.  
D.M :

Le Bop, c'était toute la période années 70, ovnis et compagnie, un truc dingue sur deux roues. On pouvait vraiment tout trafiquer, c'était fabuleux.

Il y avait deux vraies places, donc on pouvait prendre quelqu'un derrière, ça ressemblait déjà à une petite moto, avant l'arrivée du Dax.

C'était toute la période qui changeait vraiment de la "vieille bleue" que j'ai connue aussi. Souvenirs, souvenirs…

.
Taz : Avant la fin, voici la dernière photo : le 125 XLR.
.  
Copyright © DR
.  
D.M :

J'ai passé le permis moto parce que c'était mon rêve. Le permis voiture n'avait aucune importance pour moi à l'époque.

Vu que je n'avais pas les moyens d'acheter une grosse, je suis tombé sur un passionné qui avait une vraie XLS dans son garage, qui n'avait pas tourné depuis plusieurs années et ne démarrait pas quand je l'ai vue.

Donc j'ai pris un risque, j'ai récupéré la moto, j'ai fait un peu de remise en état, et quelques semaines après, le premier coup de kick et c'était parti !

Je garde ce côté affectif des premières virées importantes avec madame.

C'était le début du "vrai motard", j'étais heureux, même en 125. A l'époque, quand je faisais des virées en Bretagne depuis Paris, des motards s'arrêtaient même sur le bord de la route pour discuter

.
Taz : Tu roules sur quoi aujourd'hui ?
.
D.M :

(Rires) J'ai toujours mon vieux 600 Bandit, il n'a pas changé, il est toujours là mon vaillant et fidèle destrier !

.
Copyright © Les Interviews des Potes by Moto Club des Potes
.
Taz : Pour finir, à quand un grand pique-nique de la communauté "Repaire des Motards" à Paris ?
.
D.M :

Avec "les Tortues", pendant plusieurs années, on a mis en place plus qu'un pique-nique, parce que 150 motards se retrouvaient pendant trois jours, soit sous la tente ou mieux logés en dur en gîte, ça faisait des vraies choses sympa.

Pour des raisons d'organisation, "la Tortue" a disparu, mais il y a effectivement l'idée d'un gros pique-nique sur Paris ou région parisienne cet été ou un des ces quatre.

C'est un projet qui fait partie de la liste depuis des années, et ça arrivera, même si je ne peux pas encore m'engager sur une date. Avec un petit peu de chance, ce sera sur 2012.

.
Taz : Tu seras présent aux 30 ans du MCP, pour le pique-nique des Potes à Paris-Bercy le Dimanche 17 Juin 2012 ?
.
D.M : Oui, je serai présent pour les 30 ans au pique-nique !
.
Taz :

Pour finir cette interview, et je sais que David va hurler et me demander de faire une censure sur ce passage, mais la liberté de la presse avant tout !

Une vilaine personne un jour à détruit la selle de ce magnifique 600 Bandit qui a historiquement participé à la création et l'histoire du site qu'est le repaire des Motards.

Alors je lance un appel à vous, motards, parce qu'il faut lui trouver une solution "motarde". Qui en a une neuve ? Ou qui peut la lui refaire gratos ? Etc.….

Merci de nous contacter, on fera suivre, ou alors prenez contact directement avec David.

Merci pour lui ! **

.
Copyright © Les Interviews des Potes by Moto Club des Potes
.

** Juste par sécurité cette dernière intervention est plus à prendre au deuxième degré et une démarche personnelle en forme de clin d'œil à David pour qui j'ai un grand respect et une réelle amitié. Si je le précise c'est que de nos jours certains ne prennent pas assez de recul sur tel ou tel propos et réagissent souvent avant de voir le deuxième degré de celui-ci. Ensuite une réputation est faite sur un propos mal interprété, répété et déformé au fil du temps. Pour exemple j'ai une réputation de fouteur de merde, casse BIP BIP et j'en passe auprès de certaines personnes qui ne me connaissent même pas en direct mais uniquement par "OUI DIRE". Tout ça uniquement car à une époque, je disais souvent des vérités sans les formes. Alors soyons prudent



Copyright © Les Interviews des Potes by Moto Club des Potes

Ces Interviews sont exclusivement la propriété du Moto Club des Potes.
Toute utilisation totale ou partielle, sauf autorisation contractuelle est interdite.