Adresse Nationale

Moto Club des Potes
16, rue de l'Aubrac
75012 Paris



. 


Bonjour à vous tous,

Que mettre ? Sans trop en mettre ... ! Là est la Question !

Nous avions décidé dans un premier temps de créer une séparation entre le Moto Club des Potes que j’ai porté depuis 1982 et ma partie journalistique débutée en septembre 2010, mais NON car ceci serait donner raison à une poignée infime de personnes sans importance et qui reproduisent ce qu’ils me reprochent dans leurs comportements, et se pavanent avec des accréditations presse sur les salons haut de leur audience de blogueurs.

Mes activités journalistiques ont été avec une carte de presse québécoise, obtenue le 1er Septembre 2010 par François Cominardi (ceux qui veulent savoir qui il est, lire ici). Car au Québec, ce n’est pas un ordre légiféré, avec une carte ouvrant droit à des avantages sociaux et fiscaux comme en France. (Source http://www.fpjq.org/deontologie/guide-de-deontologie/ "Le rôle essentiel des journalistes est de rapporter fidèlement, d’analyser et de commenter le cas échéant les faits qui permettent à leurs concitoyens de mieux connaître et de mieux comprendre le monde dans lequel ils vivent. Une telle information complète, exacte et pluraliste est une des garanties les plus importantes de la liberté et de la démocratie."). Et j’ai écrit de nombreux articles parfaitement documentés sur des accessoires, des motos et des balades touristiques.

Je ne reviendrai pas sur les attaques dont j'ai été victime. Elles ont été brutales et axées sur une haine gratuite, reprises par quelques personnes à qui j'ai dû faire du mal à une époque et qui sont depuis au moins 10 ans toujours restées bloquées à cette époque et sur certaines situations. Ces personnes n'acceptent visiblement pas que les hommes puissent évoluer et restent avec l'image du passé qu'ils ont eu, à tort ou à raison ?…. quelle tristesse pour eux. Mon premier réflex a été de prendre du recul pour mieux réfléchir et ne pas réagir à chaud, sans haine, ni violence.  J'ai pris le choix de me dire que le temps de la réflexion était une sagesse et un luxe que me confère mon mode de fonctionnement depuis des années.

L'image que l'on a de moi, mes coups de gueule, mon côté entier et jusqu'au-boutiste quand j'ai raison, m'ont rendu aussi détestable pour certains qu'attachant pour d'autres. J'ai toujours été fidèle à mes idéaux quelles que soient les situations. La passion motarde coule dans mes veines depuis toujours, j'ai écrit deux romans -ou pas- selon le sens que vous leurs donnerez. Le roman est un genre littéraire, caractérisé essentiellement par une narration fictionnelle ou auto biographique plus ou moins longue. Il existe tellement de genres d'écritures que certains se déchirent sur la classification de tel ou tel style. Pour ma part je pense qu'il y a autant de styles que de lecteurs … Je me bats aussi depuis toujours pour la littérature libre d'accès et gratuite car aujourd'hui la connaissance permet au peuple de s'autodéterminer ….. Je n'irai pas dire que mes deux proses sont à ce niveau mais ceux qui les ont lues, ont aimé ou détesté, mais quand on écrit ce n'est pas pour être obligatoirement aimé, mais pour être lu simplement.

Je n'ai pas toujours été compris, que cela vous surprenne ou non, les grands moments que j'ai vécus en moto pour le gamin né à Sarcelles (en Ile de France) et qui a passé son enfance en Corse,  ont toujours été pour moi une aventure vécue à 200%. Quand le spectacle était fini pour vous, il était loin de l'être pour moi.

Là où beaucoup devant l'adversité et attaques (toujours les mêmes depuis des années rejoints par d'autres qui ne me connaissent même pas, mais qui pour exister reprennent à eux la même rengaine) attendraient simplement le clap de fin de ma part ! J'ai quant à moi toujours relevé les manches pour sortir par la porte de devant quand les autres attendent que vous preniez celle de derrière.

Ce jour est arrivé, mais si je reviens vers vous c'est aussi pour vous dire SALUT proprement, je ne le dois pas à ceux qui me critiquent mais aux autres qui se foutent de tout cela et ont vu "Bruno" derrière "Le Taz". 

On avait réfléchi à séparer notre activité de ma revue de presse, qui ne remonte pas plus loin que 1993, le reste sont dans nos Books papiers. Notre objectif est de ne garder que certains articles, tous parus dans les médias, qui sont significatifs, sympathiques voir humoristiques. Dans cette revue de presse il y a les articles que j'ai écrit, les courriers des lecteurs et autres. Alors oui il y a une marge très infime entre certaines de mes interventions et le Moto Club des Potes qui s'explique facilement par le mode de fonctionnement qu'a eu notre structure durant des années. Mais ils sont les témoins de l'histoire du Moto Club des Potes et de mon histoire aussi.

Cette revue de presse est présentée sous forme de grands volets thématiques, plus significatifs.

Aujourd'hui on pourra en dire beaucoup et mettre leur existence en doute mais ils sont gravés dans le marbre du net et sont la marque indélébile d'une réalité.

Concernant la mise en ligne gratuite de deux romans, ou peu importe le nom que vous leur donnerez. Qui dit roman, dit que beaucoup de parties ont été romancées. Il est vrai que de certaines fictions, certains reprennent tel ou tel élément pour s'appuyer dessus et sortir des contrevérités qu'ils veulent faire passer en VERITE ABSOLUE.

Arrivons à mon parcours moto. Entre ceux qui certifient que je ne sais pas faire de wheeling, que je n'ai pas eu telle ou telle moto, ceux qui mettent en doute le nombre de motos possédées et autres... Je ne répondrai que par un texte qui avait été écrit pour les potes en folie à lire ici et l'article sur mon 500xlr qui date des années 90.

Pour Les interviews des potes ou les interviews du Taz.  Nous avons fusionné  le format  du "Averell Magazine" et autres interviews. Alors oui l'interview dans "Averell Magazine" de ma pomme dérange certains, mais uniquement ceux qui n'ont aucunement vécu les évènements, certains n’étaient même pas nés et jurent que ce qui est écrit n'est pas vrai, ALORS …

Juste pour le plaisir, certains disent que je n'ai jamais rien fait pour personne et n'aime pas les autres clubs ... à vous de vous faire votre avis après la lecture de ces deux liens ...

Maintenant pourquoi ce mot, pour pouvoir vous saluer et vous dire à un de ces jours sur les routes dans la vraie vie hors du net, où l’existence y est réelle.

Maintenant ATTENTION ! Certains sites et affirmations sur le net sont des écrans de fumée, ils légitiment une vérité, ils manipulent l'opinion publique au-delà du concevable. Mais ils n'informent plus, ils sont là juste pour désinformer sans pour cela apporter de vrais faits. Ils s'appuient en sortant telle ou telle phrase de son contexte et en font des « réalités », des vérités qu'ils manipulent ensuite à leur guise souvent dans une volonté de profit et satisfaction personnelle, très souvent dans l'anonymat, ce qui montre bien leur courage. Quand leur supercherie est découverte, ce statut leur permet de ne pas assumer leurs écrits.

Certaines infos semblent plausibles mais s'avèrent totalement fausses. D'autres semblent incroyables, et pourtant elles sont vraies... Comment faire le tri entre l'info et l'intox ?

Certains justifient l'information car celle-ci a été partagée et commentée sur les réseaux sociaux, ce qui pour eux donne une vérité à leur écrit :"si c'est repris c'est que c'est vrai, si certains interviennent c'est que c'est vrai etc. ..."

George Orwell a dit un jour « Dans ces temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire »

Alors beaucoup d'infos circulent sur le passé, et pour la plupart, elles sont "périmées". Vérifiez toujours ce que vous lisez. Si besoin, faites une recherche pour trouver des infos plus récentes. Sorti de son contexte, un écrit est peut être complètement dénaturé... 

Un exemple simple : on me reproche de ne pas avoir été à l'Ile de Man en 2010 et donc de porter à tort un écusson sur mes couleurs, car je n'ai pas mis de photos sur le net, mais en même temps on me reproche d'être narcissique car je dépose trop de photos de mes activités ! Le vrai du faux est dans la manipulation de l'information. Oui j'ai été à l'Ile de Man à plusieurs reprises et à titre privé. Mais pour mettre en place un mécanisme de manipulation c'est facile : "regardez, il n'a pas mis de photos, donc c'est que c’est faux et si ceci est faux le reste aussi" et hop on met le doute en place par l'art de la manipulation.

Deuxième exemple : on met en doute mes origines corses, car né à Sarcelles (je ne m'en suis jamais caché) et on me reproche de n’avoir pas soutenu mon Frère lors d'un procès. Tout ceci relève de la vie privée, en quoi cela regarde t’il les personnes qui ne me sont pas proches… Encore une lecture simpliste de la situation qui dans ce qui nous concerne "La Moto" n’a rien à faire ici. Ou le fait que je suis mythomane car je n’aurai jamais rien fait dans le monde motard, opinion personnelle de mes détracteurs, qui me jugent et ne s’appuient pas sur les faits. Par contre cela permet de bien manipuler, d’essayer de mettre un doute raisonnable ! Car quel rapport entre une situation familiale ou je suis en droit d'avoir des valeurs humaines sur la vie d'autrui et le fait que je sois soi-disant mythomane ?

J’apprends également que certains rient derrière mon dos ! : "Propos qui ne concernent que ceux qui les tiennent, car la majorité ne rit pas derrière moi mais avec moi, face à face".

Un autre exemple, car il y en a….  : Comme celui-ci encore, lorsque mes propos sont bien écrits, ce sont d'autres qui les écrivent à ma place, car j'ai une orthographe digne d'un môme de maternelle. Encore des faits manipulés, je ne me suis jamais caché que j'ai du réapprendre à lire et écrire en 1995 suite à un grave accident. Que je fais beaucoup de fautes et que mes textes sont corrigés… ce n’est pas un secret, je l’ai toujours reconnu. Faire des fautes ne veut pas dire que je ne sais pas manier et tourner une phrase. LA ENCORE une façon de légitimer et vouloir mettre le doute aux autres.

Dire que ces attaques sont pour certains faites dans le but de vouloir prendre une place et exister. Dans la rubrique rumeurs, il se dit que certaines écrivaines font la tête car j'ai mis gratuitement mes écritures en ligne là où elles ont du mal à vendre leur bouquin. Il se dit aussi qu'une personne écrit un livre sur 1989 et il fallait faire le Buzz avant la sortie de son livre, etc … Si tout ceci est vrai ALORS OUI LA ON SERAIT DANS LE PATHETIQUE !

Je finirai par le sujet du "Prince Noir" ! Je ne veux jamais plus entendre parler de ceci qui date de 1989. Que celui qui est le Prince Noir se révèle en public et je serai le premier à venir lui serrer la main, bien que j'ai lu que ceux qui s’en revendiquent, préféreraient me mettre leurs mains dans la figure. Pour ceux qui ne vivent qu'en 1989, qu’ils restent en 1989, mes amis et moi on vit aujourd'hui et sur la route, pas dans le passé ni dans le virtuel et encore moins dans l'anonymat caché derrière un pseudo. Nous nos pseudos, on les porte avec fierté et honneur ainsi que les couleurs de notre Moto Club.

En finalité cette situation m'a permis de voir mes Vrais et Faux amis, ceux qui ont analysé et ont mis de coté les instigateurs connus et ceux qui sous couvert de neutralité n'ont pas pris position tout en gardant une relation avec ma pomme ainsi qu’avec les instigateurs tout en m'assurant le dégout de leurs propos. Ceux que je nomme ce jour mes Faux amis et dont je m'éloigne de plus en plus. L'amitié est un tout et non un saupoudrage de « je suis ton pote quand j’ai besoin » et un pote avec mes détracteurs quand il a besoin etc… Une façon d'être de ces personnes qui m'est de plus en plus détestable, avoir une paire de couilles des fois serait bien pour certaines personnes.

Quand je parle de vrais amis c'est aussi ceux qui quand ils ont voulu s'exprimer, se sont fait censurer, et accuser en message privé d'écrire sous mes ordres, une façon de manipuler encore l'opinion en disant : "regardez, personne ne le défend !" Facile aussi quand vous censurez ce qui peut vous déranger. Si je ne devais garder que deux témoignages des nombreux reçus, je garderai celui de mon avocat Jean-François et celui de mon redacteur en Chef François Cominardi.

Bruno dit : Le Taz

Pour me joindre : taz@motoclubdespotes.fr ou sur

PS Juin 2016 : Pour finir cette petite explication et finir de répondre à ceux qui m'ont accusé de mythomanie. Allez lire cet article qui met fin à des mois de mensonges de mes détracteurs qui en dehors de la haine qu'ils ont envers moi, n'ont rien d'autre à ce jour. Ils en oublient tous les services que je leur ai rendu, toutes les portes que je leur ai ouvertes, j'en aurai à dire sur eux bien pire de ce qu'ils m'ont accusé et pourquoi m'en gêner un jour ....


A lire aussi ceci :
 Le plus savoureux n'est pas la vengeance mais la réussite et le bonheur


Bruno LE TAZ me fait l’honneur de m’avoir demandé de prendre succinctement la plume et c’est avec très grand plaisir que je le fais !

Motard au grand cœur, sachant parfaitement faire vivre et transmettre sa passion pour la moto, Bruno est un homme vivant, c’est à dire une personne qui ne laisse guère indifférent, là où il passe, tant sa personnalité est à mille lieux de la définition de la médiocrité que certains pourtant cultivent, en s’arrogeant même le droit de traîner dans la boue ceux qui les « dérangent ».

Dès notre premier contact, tu as su me montrer de quoi tu étais capable, en m’offrant ton amitié et ta fidélité.

Motard d’expérience, tes activités dans la moto, ta carte de Presse et autres en est la preuve. Il est tellement facile de dénigrer tout ceci dans l’ombre sans être capable d’affronter, de salir sans pouvoir être en mesure d’assumer en se dévoilant…

Je t’ai connu meurtri il y a quelques mois, mais foncièrement déterminé à ne pas te laisser faire.

Faire taire les minables, affronter ceux qui en réalité et au fond d’eux-mêmes te craignent.

Certains te disent hors des réseaux actuels du monde fermé de la Moto, j’entends par là, les personnes influentes qui en sont les dignes représentants.

Je puis affirmer qu’ils se trompent !

Impressionnant de te suivre lors du dernier Salon des deux Roues, Porte de Versailles !

Tes contacts sont bel et bien présents et tu sais parfaitement les faire partager, j’en ai été le premier bénéficiaire si je puis dire, et je t’en remercie mille fois !

Alors Bruno, tu es et restera mon pote, mon ami, bref un mec sur qui on peut compter et qui impose le respect.

Je te souhaite de continuer de vivre ta passion, de continuer de l’écrire et de nous en faire profiter de par le partage qui est le tien, sans relâche.

Tu as toute mon amitié.

Jean-François CHANGEUR, Avocat pénaliste.


Touche pas à mon Moto Club des Potes et mon Taz

Ouf, il est de retour mon site du Moto Club des Potes et mon poto le Taz.

Je ne vous ai jamais raconté comment j’ai connu le TAZ ? C’était en 1997 peut-être. Tu sais une rencontre avec le Taz, c’est comme quand tu as une gosse (Dis pas ça au Québec, là-bas ça va par deux), tu ne te rappelles pas comment c’était avant…

C’était au salon du deux roues de Paris, j’étais sur le stand de Devil. Il avait pourfendu la foule pourtant dense ce samedi. Avec son gilet Moto Club des Potes, on ne pouvait pas le louper. Même Franck Margerin s’était caché chez Bagster en face, pour prendre un crobard qui lui resservirait plus tard dans un Lucien (si tu ne connais pas, cours acheter la BD, tu liras la suite de nos péripéties plus tard).

Donc le Taz se pointe sur le stand, et me balance son pédigrée. « C’est qui qui s’occupe de la communication ici » dit-il, lançant un regard circulaire, seulement arrêté sur les hôtesses affriolantes et court-vêtues, censées augmenter les ventes elles aussi indécentes des pots DEVIL.

« Baisses les yeux, et regarde-moi, tu parles à la bonne personne ». Il m’attaqua bille en tête : « Vous faites quoi Devil, pour la X 11 sortie hier ? vous n’avez des pots pour la mienne la toute premiere sur route que j’ai été chercher hier directement chez Honda France ? »

Il frappait fort le bougre, effectivement il avait la 1er X11 livrée en France. Mais je lui préparais une riposte à la hauteur. Il ne savait pas que j’avais travaillé avec l’ingénieur Devil 2 jours avant et qu’on avait créé un prototype, que j’avais essayé à des vitesses inavouables sur un circuit secret dont le nom commençait par auto et finissait par banh.

Et ça ne me déplaisait pas de faire un peu de bruit à Paris et sur le périph en confiant mon prototype à un motard dont le niveau sonore vocal était supérieur à tout ce qui était autorisé dans le domaine du pot d’échappement. Le Taz fut donc le premier au monde à posséder un Devil sur une Honda X 11.

C’est en discutant qu’on s’est aperçu que nos chemins s’étaient longtemps croisés avant sur les circuits et autres lieux de pèlerinages motocyclistes. Et que nous avions aussi une utopie commune : conserver la solidarité et la passion dans notre monde motard. Chacun à notre façon. Moi chez les pros, Le Taz du côté des motards. Les journées de la Courtoisie au Volant (pour que les bien-pensants arrêtent de dire que les motards sont des voyous), les salons de la moto, la réunion de l’OFDAM au Club-Med-World. Même l’Atlantique ne nous a pas séparé et nous avons communiqué et écrit avec Magazine Sports Motorisés ou Sport Moteur.ca. Et le Québec a vu notre présence au Salon de la Moto de Montréal, en essais Spyder ou motos, et sur les circuits du championnat Canadien de motocross.

Voici le Taz que je connais et qui n’a jamais fini de donner à la cause motocycliste depuis la vingtaine d’année que je le côtoie.

Des anonymes couards autant que mesquins ont attaqué son intégrité, comme des rapaces malingres cherchant un morceau de viande à se mettre sous la dent. Ils ont presque réussi à faire vaciller le monument. Mais de la viande, il y en a «en masse» et dessous il y a une colonne vertébrale et un cœur qui continue à battre au son des pistons.

Après un court silence médiatique, le site revient. Car c’est bien beau les petits sites wordpress anonymes pour faire mousser des aigris en mal de reconnaissance. Mais rien ne vaut un bon gros site avec des vrais morceaux de passion dedans. Des morceaux de bitume avalés à un rythme infernal et des amitiés vraies d’une époque où la moto était un art de vivre, un signe de reconnaissance. Et pas seulement un bloc de métal destiné à gonflé l’égo de barbus aux torses épilés, collectionneurs d’objets inanimés censés augmenter leur cote de popularité auprès de leurs abonnés Instagram.

Bon, je vous laisse, je vais naviguer un peu sur les pages. Sed Fluctuat, nec mergitur.

François Cominardi, dit Liteul Boy, redacteur en chef des Magazines Sports Motorisés et Sport Moteur.


. 
Retrouver l'histoire d'hier à aujourd'hui du Moto Club des Potes

Copyright © Moto Club Des Potes

Le Moto Club des Potes, respecte la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978